Chronologie détaillée de l’affaire Wakefield

A l’évocation des liens possibles entre le triple vaccin ROR (MMR aux USA) et l’autisme,  les professionnels de santé haussent les épaules : » ah, le scandale Wakefield et son article … Mais une étude du CDC a montré l’absence de relation ; d’ailleurs ce docteur a été condamné pour fraude et radié de l’ordre des médecins ».

Voilà qui démontre la puissance médiatique et institutionnelle des grands lobbies pharmaceutiques. Car l’affaire est loin d’être aussi simple. De la chronologie détaillée qui suit il ressort que :

– de multiples griefs adressés à Andrew Wakefield étaient arbitraires et ne reposaient que sur des rumeurs,

– on a fait pression sur les coauteurs pour qu’ils se rétractent…de ce qu’ils n’avaient pas écrit dans l’article controversé,

– la principale accusation (falsification des données recueillies) n’a pas résisté à la procédure en appel immensément couteuse intentée et gagnée par un collègue concerné.

Quinze ans plus tard c’est le CDC lui-même (Centre de Contrôle des Maladies, aux USA) qui sera sur la sellette, après l’aveu tardif d’un membre de l’équipe. L’affaire ira jusqu’au Congrès américain. Mais qui le sait ?

L’Affaire Wakefield: chronologie

Octobre 1988 : introduction du ROR en Grande Bretagne qui contient une souche du virus de la rougeole «Urabe» suspectée de causer plus d’effets secondaires neurologiques. La même année, le Canada n’utilise plus cette souche dont elle retirera la licence en mai 1990, ce que la Grande-Bretagne ne fera qu’en 1992 (1).

Avril 1994 : Mr Barr, avocat, réussit à obtenir l’aide du conseil juridique pour intenter un recours collectif contre les fabricants de ROR en GB.

De 1993 à 1995 : Andrew Wakefield (AW) un chirurgien primé et reconnu – 140 publications environ (2), participe à des études sur le problèmes intestinaux graves ;

Le 29 avril 1995, le Lancet a publié une étude de AW  et 3 autres auteurs suggérant que la rougeole, particulièrement chez les vaccinés, a un lien avec les problèmes intestinaux. Convoqué par le ministère de santé le 5 mai, le comité de vaccination la rejette et la qualifie de «non fondée».

6 janvier 1996 : AW devient expert des plaignants de la plainte collective. Il sera ainsi rémunéré par l’Aide Juridique Britannique ( plus de 400 000 livres sur une période de 8 à 10 ans) (4), pour écrire des rapports sur la sécurité des vaccins ROR (5).

Juillet 1996 : l’équipe de AW commence l’étude «Lancet 12» utilisant les résultats d’examens d’autistes qui se présentent à la consultation du Pr Walker Smith (WS) au Royal Free Hospital (RFH) pour y être aidés.

Février 1997 : le dernier des 12 patients inclus dans Lancet 12 est examiné. Première preuve formelle que ses collaborateurs ont connaissance du rôle d’expert de AW.

Juin 1997 : AW dépose un projet de brevet, dont le  RFH est seul bénéficiaire, relatif à un vaccin monovalent contre la rougeole «plus sûr». Une fois ce brevet rendu public en 2007, AW explicitera qu’il s’agissait de simples intentions de recherches jamais poursuivies sur un agent qui favoriserait la réponse immunitaire tout autant en thérapie préventive que curative. L’éditeur du Lancet a été prévenu aussitôt que le brevet a finalement été obtenu, bien après la publication de l’étude Lancet 12 à venir (6)(5).

Août 1997 : craignant que Lancet 12 soulève un lien avec le ROR, AW informe toute l’équipe de recherche et le personnel du RFH impliqué avec une synthèse personnelle de 250 pages sur les études de sécurité existantes sur ce vaccin (2).

4 septembre 1997 : l’aide juridique finance le RFH pour une étude de détection virale ayant pour but de déterminer une preuve à charge contre les fabricants du ROR. Cette étude, à laquelle AW participe, débute en octobre et n’aboutira sur rien de probant.

28 février 1998 : publication de «Lancet 12» par l’équipe d’AW (13 Docteurs coauteurs) sur 12 enfants atteints de graves troubles du développement constatés uniquement après l’administration du ROR et soignés au RFH. Elle détermine qu’ils sont tous atteints d’un nouveau syndrome de problème intestinal. Elle émet l’hypothèse que le ROR pourrait être un facteur de déclanchement de ce syndrome et que de plus amples recherches sont conseillées pour le déterminer. AW ne voulait pas de conférence de presse, à laquelle il accepte finalement d’assister parmi l’audience. Pressé par un journaliste, AW conseille d’administrer les vaccins séparément en attendant plus d’investigations sur le ROR, conseil n’étant pas partagé par ses collègues et ne figurant pas dans la publication, mais que AW avait déjà formulé quelques jours avant dans une vidéo publiée par le RFH (7) tant il trouvait les études de sécurité des vaccins ROR combinés inexistantes ou inappropriées.

Août 1998 : Les ventes de ROR ont diminuée. Le gouvernement britannique retire la licence du vaccin anti rougeole seul. La couverture vaccinale anti rougeole va ensuite diminuer.

2001 : le RFH demande, puis accepte, la démission de AW.

Juin 2003 : Dans son livre «Second Opinion», le rédacteur en chef du Lancet raconte les pressions terribles subies pour ne pas publier l’étude Lancet 12.

juillet 2003 : Crispin Davis, déjà Directeur exécutif depuis 1999 du groupe Reed Elsevier, (8) propriétaire du Lancet depuis 1991, devient aussi jusqu’en 2013 Directeur non exécutif de GSK, fabriquant du ROR, (9). De 2009 à 2012 le fils du magnat médiatique Rupert Murdoch possédant notamment le Sunday Times le rejoindra au comité directeur de GSK, fonction rémunérée à 98 000 livres en 2010 (10)(11).

février 2004 : AW est violemment critiqué par la BBC et surtout le Sunday Times, via Brian Deer, journaliste déjà titulaire d’un Prix de la Presse Britannique. AW est principalement accusé de cacher ses conflits d’intérêt, du fait que la plupart des 10 enfants du Lancet 12 participaient déjà à l’action collective quand ils ont intégré l’étude, et d’avoir reçu 55 000 livres de l’aide juridique pour Lancet 12. AW répondra qu’il n’a finalement rien touché de cette somme, versée au RFH pour l’autre étude sans lien avec Lancet 12. Les autres accusations consistaient à des manques d’autorisations de comités éthiques ou provenaient de témoignages dont les sources ne seront jamais établies (12)(5).

27 février 2004, le juge qui retire l’aide juridique de plus de 2000 plaignants cache qu’il est le frère de Crispin Davis (3). Poursuivi en 2007 pour cette omission, il sera acquitté.

6 mars 2004 : Pressés par l’éditeur du Lancet, 10 des 13 co-auteurs de Lancet 12 rétractent la possibilité d’un lien entre autisme et ROR (ce que l’étude n’a jamais déclaré) (13). Le Lancet publie conjointement une investigation qui soutient les auteurs et la méthodologie de l’étude (14).

Juillet 2004 : Sir Crispin Davis est anobli par le gouvernement de Tony Blair.

2008 : Signature entre le British Medical Journal (BMJ), qui va ensuite relayer les accusations de Deer, et Merck, autre fabricant de ROR, d’un important accord de formation continue (15).

8 février 2009, Deer publie 2 nouveaux articles dans les Sunday Times affirmant que AW a trafiqué les données de Lancet 12 et révélant sa rémunération de plus de 400 000 livres en tant qu’expert.

En 2009, Univadis, une marque du groupe Merck entame un partenariat avec le Lancet « en vue de fournir une éducation médicale et des sites internet d’informations. »(15)

2 février 2010 : Lancet 12 est entièrement rétractée par l’éditeur en chef pour des manques d’autorisation de comités éthiques. (16)

Mai 2010 : 3 coauteurs du Lancet 12 sont jugés coupables par l’Ordre des médecins britannique à des degrés divers. AW et le WS sont radiés. Le Dr Surendra Kumar qui préside le jury de 5 membres, ne déclare pas qu’il possède des actions dans GSK et siège à deux comités d’autorisation de médicaments. Suite à ces révélations au cours de l’audience, il n’est pas remplacé. Les parents des enfants du Lancet 12, qui soutiennent AW, n’y seront jamais entendus (17).

Janvier 2011 : Deer publie une série de 3 articles dans le BMJ répétant que AW a arrangé les données et gagne le prix britannique du meilleur journaliste d’investigation spécialisé, organisé par la Society of Editors le 4 avril.

12 février 2010 : Un article co-écrit par AW testant le calendrier de vaccination américain sur les bébés primates, publié en ligne quelques mois plus tôt dans la revue Neurotoxicology, est retiré du site avant impression. Cette décision n’a pas été prise par l’éditeur pour des raisons scientifiques, mais par le propriétaire de la revue, Elsevier (18).

7 mars 2012 : AW n’a pas eu les moyens de se pourvoir en appel (500 000 livres nécessaires). Au contraire, WS, dont l’assurance couvre ces frais, le fait et gagne son procès devant la Haute Cour et retrouve son statut de médecin. La Haute Cour épingle l’Ordre sur la conduite et les conclusions du précédent procès : « Un raisonnement inadéquat et superficiel et, dans un certain nombre de cas, une conclusion erronée » et « ce serait un malheur si cela devait se reproduire » et qu’à l’avenir de tels cas devraient être « présidés par quelqu’un ayant une expérience judiciaire » (19). Elle invalide aussi les accusations portées sur le manque d’autorisations éthiques de Lancet 12. Comme WS recueillit les constats cliniques de l’étude, sa réhabilitation invalide largement les accusations de falsifications portées publiquement contre AW qui n’ont jamais fait l’objet d’inculpation (20).  L’appel stipule clairement qu’aucune preuve ne permet de mettre en doute AW sur la conduite de l’étude.  Ce verdict succède à 217 jours de délibération, et représente le plus long cas de procès au cours des 152 années d’existence de l’Ordre (3).

Depuis plusieurs années, les articles Wikipédia entièrement à charge sur AW restent inchangés. Il y est même directement accusé de «la plus grande épidémie de rougeole US», avec 41 cas, dont seulement 2 vaccinés, 1 de plus de 10 ans d’âge, et 4 hospitalisés (sic) en 2017 (21).

Autres études et le lien autisme et ROR

9 juin 2004 : le Journal of American Physicians and Surgeons publiait de nouvelles observations concernant la présence du virus de la rougeole dans les intestins des enfants victimes d’autisme régressif, tous vaccinés peu de temps avant l’apparition des troubles, et tous indemne du virus avant la vaccination (3).

2006 : le Dr Stephen Walker, de la Wake Forest University School of Medicine, North Carolina, a retrouvé le virus de la rougeole dans 70 des 82 autistes examinés. Toutes les souches sont des souches vaccinales ; aucune souche ne concerne le virus sauvage de la rougeole (22).

24 février 2009, Robert F Kennedy Jr révélait dans le Huffington Post qu’une importante enquête menée par CBS News avait mis à jour 1 322 cas d’effets neurologiques graves engendrés par les vaccins, qui ont déjà été dédommagés par les tribunaux US depuis 1988 pour des sommes dépassant parfois le million de dollars (23).

Conclusions sur l’affaire

L’Affaire Wakefield semble largement orchestrée par GSK, fabricant de ROR, avec l’influence de l’empire médiatique anglais Murdoch pour terrifier le monde médical et tuer toute recherche compromettante ou avis dissonant dans l’œuf : la publication incriminée n’émettait seulement qu’une hypothèse à creuser, et AW un conseil personnel de prudence.

AW semble intègre : le tribunal de la Haute Cours britannique a largement réhabilité sur le fond la publication et ses auteurs, ce qui n’est guère révélé par les médias. Manque de transparence ? Il faut se remettre dans le contexte : avant 2006 et l’affaire du Vioxx, la déclaration des conflits d’intérêt étaient bien moins encadrée, stricte et exhaustive que maintenant (des progrès restent à faire!). D’autres part, des conflits d’intérêts occultés au moins aussi importants liant ses détracteurs n’ont jamais été sanctionnés, tout comme leurs diffamations. Cela est particulièrement inquiétant concernant les prestigieuses revues de publications médicales dont les conflits avec les labos n’ont cessé de croître.

AW a payé de sa carrière et sa réputation la puissance de manipulation de Big Pharma, 3ème puissance économique mondiale (CA : 600 milliards de dollars) derrière les banques et l’industrie pétrolière.  Comme dans tous les sujets qui touchent aux vaccins, l’extrême polarisation du débat et des informations qui en découlent sont déplorables, et rendent difficile la rédaction d’une synthèse équilibrée. Les informations des médias dominants, dont celles relayées en France en particulier, ont été exclusivement à charge. Largement subventionnés, ces médias sont d’autant plus coupables de manquement à leur devoir d’information et d’investigation. En réponse, celles des indépendants de l’internet, plus rares, sont aussi souvent parcellaires.

L’état de la recherche à ce jour

Cette étude récente de janvier 2017 (24) explique : « En raison de la forte prévalence des problèmes gastro-intestinaux chez ces enfants (autistes) et de la corrélation entre ces symptômes et la sévérité de la maladie autistique, depuis quelques années la communauté scientifique est allée investiguer du côté du microbiote des jeunes autistes. Nous [] avons été agréablement surpris de constater une amélioration de près de 25 % dans les 10 semaines qui ont suivi le traitement (par transplantation fécale) ».

Selon Luc Montagnier, des bactéries pathogènes générées par l’infection finissent par atteindre le cerveau et y provoquer des dégâts irréversibles. Le fait de stopper l’infection intestinale améliore la situation en coupant ce qui l’entretient. Le premier à avoir découvert le lien entre certains cas d’autisme et une infection intestinale est Wakefield. Lien, aujourd’hui mieux étudié qui semble pratiquement reconnu (25), mais le premier qui dit la vérité doit être exécuté … La souche vaccinale du virus de la rougeole est présente chez beaucoup de ces autistes, en cela les résultats de l’étude incriminée sont bel et bien reproduits.

Reste à voir si des vaccinations pourraient déclencher de telles infections intestinales. Après de nombreuses études, un consensus sur un lien de cause à effet entre une vaccination (ROR tout particulièrement) et de telles infections semble difficile à faire émerger, malgré quelques remboursements de la justice US (2) et italiennes (24). Il faut sans doute être prudent, sans écarter un lien possible. Il semble que l’on observe dans un certain nombre de cas un lien temporel très fort entre une vaccination et de telles infections. Vu le grand nombre de cas relatés, il devrait être aisé de faire une étude épidémiologique sur ce lien temporel, ce qui ne semble pas avoir été fait. On retrouve la même carence dans les études sur le lien entre SEP et vaccin hépatite B, où on se refuse à faire une étude valable sur les délais entre vaccination et apparition de la maladie, alors les données semblent disponibles.

Le Dr Campbell-Mc Bride suggère un test de compatibilité existant à 100$ pour filtrer les bébés dont le microbiote conduirait au développement anormal du système immunitaire et du cerveau après vaccination ROR (25). Des pistes de guérison par l’alimentation semblent prometteuses. Pour éviter la survenue des troubles neurologiques, la période de la grossesse semble particulièrement importante du point de vue alimentaire et plus encore sur l’exposition aux produits chimiques (26).

De l’aluminium est présent dans le cerveau des autistes en concentration anormalement élevée (27). Là-aussi, il faut rester prudent : cause ou conséquence? De l’autisme, du seul vaccin? L’aluminium reste un métal d’une toxicité importante lorsqu’il est présent dans le cerveau. Sa présence dans les vaccins semble délétère pour certaines populations (cf. les révélations de Vaxxed sur la corrélation trouvée et occultée par le CDC, entre autisme et ROR dans la population afroaméricaine). Sachant que notre géologie locale est un facteur aggravant d’exposition aux métaux, veillons à ne pas en rajouter.

(1) https://www.telegraph.co.uk/news/health/3347742/Early-fears-about-MMR-in-secret-papers.html
(2) http://vaxinfostarthere.com/andrew-wakefield-timeline/
(3) http://expovaccins.over-blog.com/article-le-cas-wakefield-comment-on-salit-injustement-des-scientifiques-honnetes-65046118.html
(4) http://briandeer.com/wakefield/legal-aid.htm
(5) http://initiativecitoyenne.be/2017/02/vaccins-autisme-le-dr-andrew-wakefield-repond-aux-accusations-et-aux-calomnies.html
(6) http://briandeer.com/wakefield/vaccine-patent.htm
(7) http://briandeer.com/wakefield/royal-video.htm
(8) https://wwAWbloomberg.com/research/stocks/private/person.asp?personId=380525&privcapId=411004
(9) https://wwAWgsk.com/en-gb/media/press-releases/gsk-announces-changes-to-the-board/
(10) https://wwAWtheguardian.com/business/2009/feb/03/glaxosmithkline-james-murdoch
(11) https://wwAWreuters.com/article/us-glaxosmithkline/james-murdoch-to-quit-gsk-board-idUSTRE80Q0OJ20120127
(12) http://briandeer.com/mmr/lancet-summary.htm
(13) http://briandeer.com/mmr/lancet-retraction.pdf
(14) https://www.researchgate.net/publication/5264910_A_statement_by_The_Royal_Free_and_University_College_Medical_School_and_The_Royal_Free_Hampstead_NHS_Trust
(15) http://initiativecitoyenne.be/article-le-british-medical-journal-bmj-et-le-lancet-lies-a-merck-par-des-partenariats-de-formation-continue-68864288.html
(16) http://vaxinfostarthere.com/wp-content/uploads/2015/09/lancet-retraction-2010.pdf
(17) http://briandeer.com/solved/gmc-charge-sheet.pdf
(18) http://www.ageofautism.com/2010/03/joan-cranmers-fateful-decisions-and-the-suppression-of-autism-science.html
(19) https://www.huffingtonpost.co.uk/2012/03/07/victory-for-struck-off-mmr-vaccine-research-doctor_n_1326377.html?hc_location=ufi
(20) http://www.bailii.org/cgi-bin/markup.cgi?doc=/ew/cases/EWHC/Admin/2012/503.html&query=Walker-Smith+and+GMC&method=boolean
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Wakefield
(22) http://wwAWdailymail.co.uk/news/article-388051/Scientists-fear-MMR-link-autism.html
(23) https://wwAWhuffingtonpost.com/robert-f-kennedy-jr-and-david-kirby/vaccine-court-autism-deba_b_169673.html
(24) https://microbiomejournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40168-016-0225-7
(25) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=McElhanon+Gastrointestinal+symptoms+in+autism+spectrum+disorder
(26) http://wwAWdailymail.co.uk/news/article-2160054/MMR-A-mothers-victory-The-vast-majority-doctors-say-link-triple-jab-autism-Italian-court-case-reignite-controversial-debate.html
(27) https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/01/24/new-evidence-refutes-fraud-findings-in-dr-wakefield-case.aspx
(28) https://www.lanutrition.fr/les-news/les-10-produits-chimiques-en-lien-avec-lautisme-et-les-troubles-neurologiques
(29) https://wwAWalternativesante.fr/autisme/de-l-aluminium-dans-le-cerveau-des-autistes

Merci aux relecteurs qui ont contribué à l’article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *